Rasmus Paludan, Coran brûlé et islamophobie… Trois choses sur les violent émeutes qui secouent le pays

The series of violent incidents is presque passée sous les radars. After a good week, the suede this is the theater violent confrontations between the forces of l’ordre et des émeutiers. The reason? The venue d’une figure controversial dans le pays, le leader d’extrême droite Rasmus Paludan. Voulant “brûler le Coran” dans les quartiers musulmans, le Dano-Suédois s’est attiré les foudres d’une partie des civils. 20 minutes fait le point sur les violences qui découlent des manifestations d’extrême droite en Suède

Pourquoi and at-il of violent emeutes in Suède?

Depuis jeudi 14 avril dernier, Norrköping et Linköping, deux villes au sud-ouest de stockholm, sont le théâtre chaque nuit d’affrontements entre les forces de l’ordre et des émeutiers. Vingt-six personnes soupçonnées d’y avoir pris part ont été arrêtées, to annoncé la police suédoise ce lundi. Quarante personnes ont par ailleurs été blessées, soit 26 policiers et 14 civils. The Swedish police, who do not have a collection of vehicles that were set on fire or damaged, consider this to be the main reason why they are qualified as “violent emiutes”.

The reason? The demonstrators protesting against a rassemblement of the groupuscule anti-immigration and anti-islam baptized “Ligne dure” [«Stram Kurs »]directed by Dano-Suédois Rasmus Paludan. Ce dernier prévoyait de commencer ce jeudi une « tournée » en Suède, ciblant les quartiers à forte musulmane population pour and brûler le Coran.

Who is Rasmus Paludan, the figurehead of l’extrême droite?

On en sait très peu sur Rasmus Paludan. Mais sa notoriété de lui vient de Youtube, platform on the quelle launched a chain on YouTube, “La voix de la liberté”, where the videos are viewed more than 25 million fois. C’est sur Youtube qu’il s’est d’ailleurs fait plus que remarcar après avoir brûlé un Koran entouré de bacon in 2019 car selon lui, le texte «propage des principes incompatibles avec les valeurs danoises». L’année dernière, l’homme aged 40 years who is defined as “l’homme le plus menacé du Danemark”, reiterated in a published photo amalgamant immigration et criminalité que lui vaudra d’être bloqué pendant un mois par Facebook.

Rasmus Paludan.
Rasmus Paludan. – Henning Bagger/AP/SIPA

L’avocat danoois, naturalized danois in 2020 et qui porte souvent un gilet pare-balles est quasiment inconnu en France. Pourtant il y est signed S et interdit de séjour, based on information from our confrères de liberation. On November 11, 2020, Rasmus Paludan avait en effet était arrêté à Paris alors qu’il comptait brûler un Coran près de l’Arc de Triomphe à l’occasion des commemorations de l’Armistice.

Assiste-t-on à une montee de l’islamophobie en Suède ?

La Suède, riche scandinave country of 10.3 million inhabitants, to accueilli plus 400,000 immigrants between 2010 and 2019, according to the statistics of the Office des migrations. More names than experts do not pay for their evil to integrate a great name of these new arrivals, des milliers d’entre eux ne parvenant pas à apprendre le suédois et à trouver un emploi sur un marché du travail hautement qualifié. L’extrême droite a depuis gagné du terrain, became le troisième parti politique du pays

Dans ce contexte, au Danemark, in Belgium, in France et évidemment en Suède, Rasmus Paludan multiplie ces dernières années les projets de brûler des exemplaires du Coran, généralement dans des quartiers à forte immigrée et musulmane population. Et, en Suède, il attire les emules de l’extrême droite et réussit à rassembler en 2019 les 20,000 signatures requisites pour participaper avec son parti aux législatives. In juin de la même année, il recueille 1.8% de suffrages, «ratant de près son entrée del au Parlement où 2% de voix étaient nécessaires pour y siéger», fait savoir Le Point.

More plus encore que ce climat islamophobe ambiant, si l’émeute est telle aujourd’hui en Suède c’est bel et bien it seems that Rasmus Paludan’s tour n’a pas été interdite par les autorités. In fact, the forces of the world maintain that, despite the autodafes, the “tournées” relevant to freedom of expression, are a constitutional law that obliges them to agree to the authorizations of manifester.

The management of cette tournée anti-Islam aroused the condemnation of many Muslim countries. Before Iraq and Saudi Arabia, the Turkish diplomat deplored “the hesitation to empêcher des actes provocateurs et Islamophobes (…) sous couvert de liberté d’expression”, tandis qu’une manifestation a eu lieu devant l’ambassade of Suède in Iran.

Leave a Comment