Rafael Nadal s’offre son quatorzième Roland-Garros et, à 36 ans, défie les lois du temps

L'Espagnol Rafael Nadal savor his fourteenth victory at Roland-Garros, Sunday 5 June 2022.

« The game in the final against Rafa at Roland-Garros is surely the greatest challenge of sport. Ça semble absolument infaisable, mais je vais essayer, comme les treize autres ont essayé avant moi. » Comme les treize autres avant lui, Casper Ruud est venu, il a vu, il a perdu. Dimanche 5 juin, Rafael Nadal to report are 14and title sur la terre battue parisienne (6-3, 6-3, 6-0), le 22and in Grand Chelem, relegated to deux longueurs ses deux grands rivaux, Novak Djokovic and Roger Federer.

He was simply dizzy for the young Norvégien (23 years old), who was never ventured to these hauteurs, calant jusqu’alors au stade des huitièmes de finale in Grand Chelem. Encore plus quand on affronte pour la première fois sur le circuit celui qu’on idolâtre depuis qu’on 6 ans. « Aujourd’hui, j’ai pu me faire une idée de ce que ça fait de t’affronter sur ce court en finale », Casper Ruud would say to l’Espagnol, sourire en coin à l’issue du match.

Lire also: Article reserved for our subscriptions At Roland-Garros, Casper Ruud ne veut plus jouer les figurants

«Ce qui m’arrive cette année est complètement insensé, c’est très dur de décrire les sentiments que je ressens, gagner encore à 36 ans sur ce court le most important de ma carrière, ça veut dire tellement», to babble Rafael Nadal at the moment of receiving the coupe des Mousquetaires des mains de la légende américaine Billie Jean King, sous le regard du roi Felipe VI.

I arrived at the cloche-pied porte d’Auteuil

What does it matter that the match did not last after a night – it was in a souvent that was also after the first sacre du gaucher, in 2005. What did it matter that the vainqueur did not evolve from its standards to two sets during, on a Central Court à ciel ouvert. Dans quelques années, tout le monde l’aura chassé de sa mémoire of him. Ne resteront de ce duel que son dénouement et l’épaisseur du morceau d’histoire. In the first place, l’Espagnol s’est permis dimanche de crocher a derniers records que lui résistait porte d’Auteuil: il est devenu le vainqueur le plus age du tournoi, dépassant son compatriot Andres Gimeno il already fifty years.

At 36 ans et deux jours, le Majorquin n’aura bientôt plus aucune mèche de cheveux à rabattre derrière ses oreilles before serving. More en attendant, sur la terre battue parisienne, il continue defier les lois de l’attraction terrestrial. Et, plus encore, cells du temps.

Jamais le maître des lieux n’avait aussi peu labouré la terre avant de rejoindre son royaume, d’abord diminué por une côte fracturée, avant que la douleur à son pied gauche ne réveille brutalement à Rome il ya trois semaines. Le phénix n’avait-il resuscitated in Australie, in January, what pour mieux was consumed? Lorsqu’il est arrivé à cloche-pied à Paris, the question était de savoir s’il serait in measure to defend his chances. Tout au long de la quinzaine, son pied de him (anesthesié at-il confié) a été un sujet de débat, mais il a tenu vaille que vaille, au terme d’un parcours du combattant.

Jamais l’Espagnol n’avait été aussi bousculé en seconde semaine dans un tableau que ne lui aura pas fait de cadeau. In huitièmes de finale, he lost five sets for the debacle of the Canadian Félix Auger-Aliassime, protégé of his son and ex-entraîneur of him, Toni Nadal. Dans une finale avant l’heure, the ensuite pris sa revenge au bout de la nuit sur le Serbe Novak Djokovic, qui l’avait éteint en demi-finales l’an passé.

Lire also: Rafael Nadal terrasse Novak Djokovic et prolonge l’aventure à Roland-Garros

In demi-finals, finally, I suffocated many more sets plus three heures before Alexander Zverev’s cheville was destroyed, contraignant l’Alemand à l’abandon. Qui sait ce qu’il serait advenu sans ce coup de pouce du destin?

Après tout cela, personne ne l’imaginait trébucher sur le dernier obstacle. Pas avec sa volonté de fer de him, lui who professait après are his titleholder at the US Open in 2019: « Je peux me rater techniquement ou tennistiquement, mais je ne m’autorise pas à échouer mentalement. » At 36 years old, Rafael Nadal grimace, mais tient toujours debout. Cassé d’un peu partout, rafistolé, mais pas encore K.-O..

A fortnight between wanderings and flamboyances

Au bout du compte, sa quinzaine aura alternated between errances et flamboyances, dans un stade qui l’a unanimement porté, même s’il n’a pas toujours été le préféré par le passé. Dimanche, il a reçu de part des 15,000 spectateurs, debuted, the same ovation that he later entered the lice on May 23. From the same manière qu’il avait resuscitated to Melbourne after five months of convalescence, to Paris, Rafael Nadal left all the prognostics. Avec tout ce qui lui reste de rage et de courage. S’accrochant à ce rêve fou de triompher une 14and fois sur « sa » terre. The dernière?

Cette semaine, il a laissé planer le doute sur la suite de sa carrière. « Pour être franc, chaque match que je joue ici est peut-être mon dernier à Roland-Garros, voire de ma carrière, qui sait? » L’Espagnol pretends to exchange volontiers un dernier sacre dans son royaume contra la promesse d’un pied neuf. « I prefer to lose the finale and a novel pied who allows me to do the heureux au quotidien. Gagner, ça te remplit d’une joie momentanée, mais j’ai une vie qui m’attend après, c’est le most important, et j’aimerais pouvoir y faire du sport amateur avec mes amis… », disait-il vendredi.

Dans son discours lors de la cérémonie de remise des récompenses, il s’est montré moins alarmant: “I do not know that the future holds more for me and you will continue to fight me”, at-il promis au public, même s’il s’est tenu de lui donner rendez-vous l’année prochaine.

« Jouer avec un pied anesthesié m’expose à d’autres problèmes, c’était un risque que j’étais prêt à prendre ici, mais pas plus longtemps. Je ne peux pas et je ne veux pas continuer comme ça », To ensuite I indicated Nadal, who is going to test an autre traitement from the semaine prochaine avant de décider de la suite. « Ce qui me pousse encore à continuer, ce n’est pas d’essayer de gagner plus de Grands Chelems que les autres, c’est la passion pour le jeu, jouer devant des stades pleins, mais si je ne me sens plus compétitif je n’aurai plus de plaisir », at-il poursuivi.

Au crépuscule de sa carrière, le court Philippe-Chatrier will remain sa forteresse. In 2005, l’adolescent fougueux de 19 ans s’y allongeait pour la première fois bras en croix, dos contre terre. Peu matter ce que l’avenir lui réserve, après dix-sept ans de règne, l’Espagnol peut sereinement céder les clés de son royaume de him.

Lire also: Article reserved for our subscriptions Roland-Garros : Rafael Nadal, the twilight of a king

Leave a Comment