Vin rouge ou blanc, on en sait plus sur la manière dont les Romains le fabricaient

HISTOIRE – Breuvage commun dans l’antiquité, le vin était une boisson prize for the Romans. Mais à l’époque, comment on produisaient-ils? C’est ce sur quoi se sont penchés des chercheurs de l’université d’Avignon et de Rome.

Pour ce faire, ils ont examined three amphores d’époque romaine, des jarres à vin, retrouvées in 2018 dans les fonds marins du port actual de San Felice Circeo, in Italy. Them results of leurs recherches ont été publiés ce mercredi 29 juin dans la revue PLOS ONE.

Using multidisciplinary techniques such as the paleobotanique (étude des végétaux fossiles) or chemical analysisles chercheurs unt decouvert que les prtiques viticoles italiennes à l’époque romaine consisted in using de jarres imperméabilisées avec de la poix de goudron.

Savoir-faire antique

after exam des amphorae discovered in Italy, divers composés chimiques allant des résidus de tissus végétaux à divers pollens ont été retrouvés. C’est ce qui a permis de deceler la présence de dérivés de raisins et de pin dans les jarres, suggesting donc qu’elles servaient à faire du vin.

Moreover, the chercheurs estimate that they are used in the manufacturing process of other types of vines, rouge et blanc. Le pin permettait lui de créer du goudron, que servait à imperméabiliser les jarres, mais aussi à aromatiser le breuvage. C’est d’autant plus plausible que d’autres sites archéologiques ont observé la même chose.

Afin de produire du vin, il y avait besoin d’importer. actually, all the ingredients N’étaient pas available locally. If the vine pollen corresponds to the wild species of the region, the pin goudron in return was probably imported from Calabre or from Sicily after other historical sources.

A multidisciplinary approach

If the chemical analysis allows to reproduce different components, the prudence is of mise concerning the interpretation. For example of the acid tartrique to this retrouvé, et est considéré comme une preuve de présence de vin. Or, ce composé chimique peut également come from the sun environnants, ou bien être contenu dans certains sacs plastiques actuels.

Là est donc l’intérêt de l’approche multidisciplinaire pour étudier les cultural practices ancient from archeological artifacts. Dans le cas présent, in order to ensure that the amphores contained well du vin, les chercheurs ont coupled l’analyse chemistry et la paleobotanique.

C’est ce qu’affirmment les auteurs de l’étude: “En utilisant différentes approches (…), nous avons poussé la conclusion plus loin dans la comprehension des pratiques anciennes qu’elle ne l’aurait été avec une seule approche .”

See also on HuffPost: The deepest épave ever retrouvée localisée aux Philippines

Leave a Comment